News
À Lire

Septembre 2011 :
Une journée avec Fabienne Larouche pour visiter les studios d'enregistrements de 30 Vies.

 

2011 :
Une partie des profits sera remis à la Fondation. Venez vous préparez pour la saison estivale avec nos conseils et prendre un bon verre de vin! Prix de présence et cadeaux échantillons!

 

Numéro 47, Septembre 2005

La vrai nature de Marie-Ève Lanthier

Propos recueuillis par Judith Poirier-Bourdon

Dans son bureau du centre-ville, Marie-Eve Lanthier a accepté avec entrain et générosité de partager un peu de son histoire et celle de sa fille Laurie-Ann. Elle m'a parlé avec beaucoup d'amour de sa petite fille de 3 ans et demi et j'ai découvert une jeune femme dynamique et déterminée, à l'énergie peu commune.

Après la naissance de Laurie-Ann en 2002, Marie-Eve s'est rapidement retrouvée seule avec elle. Elle a vécu une première année sans anicroche et son développement allait bon train. À l'âge de 10 mois, Laurie-Ann fait même ses premiers pas. Toutefois, 3 semaines après son premier anniversaire, des symptômes inquiétants apparaissent. D'abord des pertes d'équilibre, que Marie-Eve attribue à l'apprentissage de la marche, puis des difficultés à dormir, des pleurs récurrents, des tremblements et des convulsions. Le diagnostic est long à être posé, la petite souffre d'une infection rare au cervelet appelée Opsoclonus myoclonus. Dans 50 % des cas, cette infection est causée par une tumeur et l'autre 50 % est d'origine virale, comme c'est le cas de Laurie-Ann. C'est alors le premier épisode d'une longue série d'hospitalisation pour Laurie-Ann.

Le traitement pour une telle infection est à base de cortisone. Malheureusement, tout en permettant de résorber l'infection, ce médicament est accompagné d'une panoplie d'effets secondaires dont Laurie-Ann subit les contrecoups. Deux de ces effets sont l'affaiblissement du système immunitaire et celui des os.

En effet, Marie-Eve remarque plus tard des changements dans le comportement de sa fille. On lui dit qu'elle fait une dépression. Laurie-Ann ne mange plus depuis 3 jours, alors que la cortisone a pour effet d'augmenter l'appétit. Inquiète, Marie-Eve se rends à l'hôpital où elle apprend que non seulement sa fille développe un pneumocoque mais que deux vertèbres, affaiblies, se sont écrasées l'une sur l'autre et que les jambes de sa fille sont en train de paralyser suite à cela.

S'ensuit alors un choix difficile pour Marie-Eve, celui de faire opérer Laurie-Ann afin que l'on lui greffe une partie des côtes à la place de ces vertèbres. Il s'agit d'une opération importante et risquée, mais qui peut permettre à sa fille de marcher à nouveau si elle réussit. Laurie-Ann subit donc l'opération, elle est en convalescence durant 6 mois à l'hôpital sans pouvoir se lever ou s'asseoir. La convalescence, ralentie à cause des traitements de cortisone, est marquée par des infections, entre autres la C. difficile.

Malheureusement, la greffe ne réussit pas tel qu'espéré et Laurie-Ann doit être réopérée. Comme les infections au cervelet semblent résorbées, le traitement à la cortisone est arrêté et son rétablissement est, cette fois, beaucoup plus rapide. En mai dernier, l'infection refait surface. Cette fois, un nouveau médicament est choisi pour éviter les désagréments de la cortisone et létat de Laurie-Ann s'améliore au courant de l'été. Le jour de notre rencontre, Laurie-Ann commençait à réintégrer sa garderie, à son grand plaisir car elle adore la compagnie des autres enfants et est maintenant très sociable.

À travers le temps, Laurie-Ann a en effet démontré son caractère jovial et courageux. `Elle rit tout le temps! C'est le bébé gâté de tout le monde, tout le monde l'adore, les infirmières, le personnel, tout le monde lui fait des traitements de faveur et la gâte.

L'énergie de la fille n'est surement pas étrangère à celle de la mère qui, à travers tout ça, réussit à retourner à l'école, à compléter une formation en secrétariat médical et à travailler à temps plein comme adjointe dans une firme de courtage! Marie-Eve affirme même que c'est entre autres en restant si occupée et en poursuivant ses objectifs qu'elle réussit à trouver un équilibre avec sa vie familiale et à soutenir sa fille. Elle puise dans le travail avec énergie. D'autant plus qu'elle à la chance de travailler pour un employeur compréhensif de sa réalité. Évidemment les moments de détente sont aussi importants! Marie-Eve est très reconnaissante du soutien que peuvent lui apporter les gens qui s'impliquent autour d'elle et les organismes qui l'épaulent, comme Solidarité. Dans les moments plus difficiles, elle va chercher les ressources à sa disposition et peut compter sur son positivisme et sa force de caractère: Ça ne me donne rien de m'apitoyer quand Laurie-Ann va, je vais, et quand elle ne vas pas, je m'adapte et on passe au travers.

Avant de partir, nous regardons les photos que Marie-Eve a apportées de sa fille. Dans les yeux elles ont la même énergie, la même détermination et la même joie de vivre.

Pour nous partager Plan du Site Politique de Confidentialité